Haute Ecole Libre Mosane

Parcours d'Alumni : Slim Chérif

69ad48bb-cdda-4a2e-a121-cf1793324a2b

Originaire de Verviers, Slim Chérif, diplômé de marketing, vit maintenant en Tunisie. Depuis quelques mois, il y a basé son entreprise et dispense des formations dans les pays francophones d’Afrique et d’Europe, avec sa propre méthode, grâce à sa persévérance et malgré les obstacles rencontrés. HELMo Alumni vous raconte son parcours...

Sa formation à HELMo

Avant de commencer des études supérieures, Slim joue à un haut niveau au football. Il passe ses deux dernières années secondaires au Sporting de Charleroi puis à l’AS Eupen.  Les exigences du sport à haut niveau sont contraignantes et Slim rencontre des difficultés à gérer études et foot. Finalement, il laisse tomber le sport, persuadé qu’il est primordial d’obtenir un diplôme et entame des études de marketing à HELMo. D’instinct, il pense qu’on ne peut pas faire de business sans faire de marketing. C’est ce qui le guide durant ses études. Il profite pleinement de son statut d’étudiant et de sa liberté retrouvée. En fin d’études, durant son stage, il prend néanmoins conscience des liens entre tous les apprentissages reçus.

Un stage pas comme les autres

En dernière année, Slim trouve un stage dans une boîte de communication en Tunisie "où le seul client n’est autre que le dictateur Ben Ali". L'entreprise est loin d’être la plus performante des boîtes de com' en terme de marketing et Slim se retrouve malgré lui projeté sur le terrain alors que jusque-là, il n’avait qu’une approche théorique de la question. Il apprend à gérer des projets, découvre les failles de cette société mais surtout, il apprend à se connaître.

De retour en Belgique, il obtient son diplôme, après un  parcours qu’il décrit lui-même comme chaotique. Slim enchaîne les petits jobs mais ne s’y accroche pas. Il a pris goût à l’autonomie dans le travail et décide de proposer ses services au réseau de son entourage (création de flyers, affiches, logo, plan de communication, …). Et, alors qu’il a pris conscience qu’il pourrait développer ses activités en Tunisie, Slim devient le partenaire de Michel Taube, PDG du web magazine Opinion Internationale et militant des droits de l’homme, pour organiser un gala de soutien aux associations qui promeuvent la nouvelle Tunisie post Révolution. Il co-organise « Pour la Tunisie qu’on aime », parrainée par Guy Bedos. Slim joue le rôle de Public Relation, frappe à toutes les portes et développe un réseau impressionnant autour de l’événement. Il se sent considéré et écouté. Son rôle lui plait. Pourtant, malgré le succès du Gala qui tournera même à l’Olympia, tout s’effondre. Michel Taube disparait dans la nature avec l’argent récolté. Slim rentre en Belgique, près de ses parents et traverse une période difficile. La honte s’empare de lui et il décide de s’effacer de la place publique.

Comment il se reconstruit…

En 2013, il s’intéresse au coaching et entame une formation en PNL (programmation neuro-linguistique). Il se rend compte que pour faire passer son message, il s’agit avant 
tout de s’adapter à son public. La communication au sens large le passionne et il entreprend des formations de toutes sortes.
Slim combine les enseignements reçus pour proposer un module spécifique aux professionnels de la vente. Il s’associe à une école de coaching basée en Tunisie. Elle prospecte pour lui et il dispense la formation.

Mais Slim aimerait que ses activités décollent. En 2014, il lance timidement sa boîte mais il ne gère pas bien. Son client principal n’honore pas ses factures et il se retrouve à nouveau en difficulté.
En 2016, Slim se remet complètement en question. Après un long moment d’introspection il ne lâche pas son idée mais choisit de se professionnaliser. Les conseils qu’il donne aux autres, il les applique enfin à lui-même. Il avait déjà le concept, ses échecs l’ont fait mûrir. Il se sent à présent prêt à se remettre en selle, en s’entourant bien et en prévoyant ses outils de gestion. 
En août 2017, il crée officiellement Kaïa. Persuadé que le réseautage reste le meilleur moyen de se faire connaître, Slim privigélie LinkedIn mais s’éloigne du réseau social Facebook. Il sème des graines.

Depuis, il travaille entouré de 2 personnes. Et s’il habite une petite maison à Hammamet, 
une station balnéaire située à 80 km de Tunis, Slim voyage dans une partie de l’Europe et de l’Afrique pour dispenser ses formations. Sa soif d’apprendre le conduit lui-même à enrichir ses connaissances.
Slim propose des formations en softskill et s’est spécialisé dans le coaching des vendeurs. Pour cela il met en place la Méthode Kaïa comme un processus complet et personnalisé.

Son Concept


La méthode Kaïa, se décline en trois étapes :
  • 1. Audit : analyse du profil personnalisé des vendeurs de l’entreprise cliente
  • 2. Formation théorique (PNL/Communication /…) des vendeurs adaptée à leur personnalité, compétences et points faibles
  • 3. Suivi sur le terrain. Slim suit les vendeurs sur le terrain pour les accompagner dans la mise en pratique de la théorie en fonction de leur profil de personnalité.
Les services qu’il propose s’adaptent donc aux entreprises qui le contactent.
Proactif, Slim suit de près l’évolution de ces entreprises et peut ainsi proposer de nouvelles formations adaptées à leur besoin.

Après des débuts mouvementés, la sagesse prend le dessus.
Aujourd’hui, Slim est fier de son parcours. Il a mûrît et a réussi à s’entourer de personnes compétentes.
« Même si les périodes de creux ont été très difficiles à vivre, j’ai retiré les leçons de mes échecs ».
Parallèlement à ses activités professionnelles, Slim se découvre de l’intérêt pour les choses simples. « Quand j’étais jeune, je ne pensais qu’à l’argent ; aujourd’hui, ce n’est plus une fin en soi. Je recherche la quiétude ». Il aime passer du temps dans sa petite maison, en bord de mer. La philosophie et la culture prennent de la place dans sa vie.
C’est le « discours de la méthode » de Descartes qui le guide au quotidien dans ses choix : « Pour moi, la vie est comme une équation. Pour trouver la solution, il suffit de la simplifier ». 
Aujourd’hui, quand il est sûr de l’idée, il la garde. Quand il a un doute, il l’élimine.  A présent, il relativise les problèmes et cherche ce qui est positif.

HELMo Alumni remercie Slim Chérif pour ce partage d’expériences sans tabou.
 


Contact: Cécile Esser
Publié le : 30/03/2018