Haute Ecole Libre Mosane

"Dehors, j'apprends" a bonne presse !

bb60e697-107b-4c07-98f3-fa1ac7340a0d

Enracinée aux bancs de l’école, spectatrice inattentive du monde qui l’entoure, car captive des écrans, notre jeunesse s’épuise. Que faire ? Comment ? Dans quel objectif ? Voilà plusieurs questions auxquelles Christine Partoune tente de répondre dans son ouvrage « Dehors, j’apprends ».

Plus que jamais dans la tourmente, le modèle d’enseignement traditionnel nous a dernièrement montré ses limites face à la crise sanitaire. Toutefois, il n’a pas fallu attendre cet état d’urgence pour voir émerger plusieurs alternatives en la matière. Parmi ces propositions, on retrouve celle d'un trio de formateurs d'enseignants du primaire à HELMo Sainte-Croix, élaborée à l'issue d'une recherche intitulée Extramuros. Celle-ci est exposée dans l'ouvrage "Dehors, j'apprends" rédigé par Christine Partoune, coordinatrice de la recherche, paru en décembre 2019 aux éditions Edipro.

Dans ce livre, l’autrice pointe entre autres l’« assignation de l’élève à sa chaise » ou encore son asservissement au monde numérique comme des vecteurs de problématiques sociétales considérables. Au fil des pages, elle démontre la subtilité de ces risques tout en suggérant délicatement une solution fondamentale arrivant à point nommé : apprendre dehors. Appuyant son postulat par des références scientifiques, elle aborde ainsi le champ des possibles et leurs fructueux bienfaits dans une approche détaillée et accessible.

Le timing et le bon sens de cet ouvrage s’exportent plutôt bien. Preuve en est avec cet article, rédigé le 19 mai 2020 par Françoise Ruby, journaliste pour le magazine québécois 100 Degrés. Suite à cette médiatisation, nous avons pris contact avec Christine afin de la féliciter. Celle-ci s’est réjouie d’une telle considération outre-Atlantique, en relief du malencontreux hasard d’un calendrier bousculé par le COVID-19. Dans ce sens, les différentes opportunités de promotion de son ouvrage se sont vues successivement déplacées ou annulées, voire – ironie du sort – virtualisées.

Actualité oblige, l’autrice mit en lumière différents liens et conséquences supplémentaires de cette période de confinement en abordant l’épineuse question de l’ « après ». Est-ce un mal nécessaire pour redorer le blason de l’apprentissage à l’extérieur ou un argument pour ancrer davantage l’individu au monde digital ? Quelles leçons en tirerons-nous ? Quelles leçons enseignerons-nous à l’avenir ? Tant de questions qui, nous en sommes convaincus, nourriront ce débat ouvert par Christine Partoune.

Si vous souhaitez en savoir plus, procurez-vous « Dehors, j’apprends » sur le site web d’EdiPro. Vous pourrez également réécouter l’autrice au micro de Véronique Thyberghien dans l’émission de radio « Tendances Première », en cliquant ici.
 


Contact: Sacha Munaut
Publié le : 11-06-20