Haute Ecole Libre Mosane

Journée Droits de l’homme sur le Campus Guillemins

94b57bb1-f5bb-4cfc-b0e6-290ed6f00356

En commémoration de l’anniversaire de l’adoption par les Nations Unies de la déclaration universelle des droits de l’homme, le 10 décembre 1948, les étudiant.e.s des bacheliers en Coopération internationale et Commerce extérieur se sont arrêtés au Campus Guillemins de HELMo, le vendredi 6 décembre 2019 dernier.
Derrière des termes comme « migrants », « réfugiés », se cachent des êtres humains faits de chair et de sang qui ont chacun leur histoire, leur parcours. Ils font entendre leur voix.

Sur le campus Guillemins, en sus des activités organisées par la section Droit, une équipe d’enseignant.e.s du département économique, a coordonné l’accueil d’une pièce de théâtre : "Les sans", ouverte à tou.te.s sur base volontaire.

Des étudiant.e.s et enseignant.e.s de la section commerce extérieur et coopération internationale ont ainsi assisté à cette représentation durant l’après-midi.
Organisée par La Voix des Sans Papiers et l'asbl d'Une Certaine Gaieté, la pièce a eu lieu dans la salle Polyvalente du campus, avec le soutien de la cellule Sud-Nord.
Il s’agissait d'une heure de représentation théâtrale, de 14 à 15 heures, suivie d'un échange avec les sans-papiers. 

"Les Sans", c'est une forme théâtrale qui a été créée à même le quotidien des réfugiés qui s'organisent au travers de la section liégeoise du collectif "la Voix des Sans Papiers". L'équipe porteuse de ce projet a notamment eu l'occasion d'intégrer la programmation du Festival International de Théâtre de Liège. Ce spectacle est le résultat d’un atelier d’abord d’écriture dirigé par Liliane Fanello, puis d’un atelier de théâtre mené dans le cadre des activités d’Education Permanente de la Section Régionale de Liège de la Ligue de l’Enseignement et de l’Education Permanente. Progressivement, cet atelier s’est donc mué en un réel spectacle professionnel. Pierre Etienne, diplômé du Conservatoire royal d’art dramatique de Liège, a assuré la direction d’acteur et le travail de mise en scène.
 


La pièce a fortement touché les participant.e.s, personne n’est resté de marbre, ci et là des larmes coulaient face à l’atrocité des vécus verbalisés et mis en scène, face à l’inhospitalité du système, du modèle de société. Une pièce à voir et revoir, à vivre, à ressentir, …


Contact: Bénédicte Schoonbroodt
Publié le : 16-12-19