Haute Ecole Libre Mosane

Le portrait ON & OFF de Delphine T'SERSTEVENS

a0f59c58-1a5c-492c-81da-54fe2d8d4a56

Le portrait ON & OFF lève le voile sur la personnalité des membres du personnel de HELMo, dans et en dehors des murs de la Haute Ecole.

Ce mois-ci, rendez-vous à HELMo ESAS où on rencontre Delphine T'SERSTEVENS.

 

 
Un livre  « Le travail social ou L’Art de l’ordinaire » de David PUAUD. Il parle de l’indicible du travail social, des micro-traces d’hospitalité dont le travailleur social fait preuve dans la rencontre avec une personne. Ce livre est le point de départ de la recherche sur les « Arts de faire émancipateurs en travail social », projet qui me tient à cœur. Je lis beaucoup car j’ai 2 heures de train par jour. Alors, j’adore les romans historiques, surtout ceux qui se passent au Moyen-Age. Pour le moment, je lis plutôt des bouquins de développement personnel ou qui questionnent notre manière de vivre. Allez, un seul livre ! Je dirais un roman « La plage d’Ostende » de Jacqueline HARPMAN, je l’ai lu il y a longtemps, j’aime le style d’écriture et cette histoire magnifique.
Une discipline Tous les cours que je donne aux assistants sociaux. Mais je dirais le cours de « Travail social et recherche » que je viens de terminer hier pour l’investissement des étudiants et de l’équipe avec laquelle je travaille. Et d’avoir pu voir s’allumer dans le regard des étudiants la flamme de la recherche. Sculpter la terre. J’ai dû mettre cette passion entre parenthèses mais j’y reviendrai. Je prévois un atelier dans ma nouvelle maison. Je suis aussi très engagée dans un Festival de théâtre qui a lieu en juillet  à Stavelot, les V.T.S. que je recommande pour la qualité de la programmation et la convivialité.
Un projet Sans aucun doute la recherche que je mène avec ma collègue, Mélanie Vandeleene sur les « arts de faire émancipateurs en travail social ». On entame notre dernière année de recherche et on est fascinée par les résultats qui apparaissent, les rencontres et les retombées possibles sur la formation initiale et continuée. Un grand projet personnel que j’ai entamé il y a presque 2 ans, rénover une maison. Je suis la championne du marteau-piqueur et de la visseuse maintenant !
Un moment La remise des diplômes. Je suis toujours très émue de voir les étudiants et leur famille, fiers du chemin parcouru. Ces jeunes tournés vers l’avenir et prêts à écrire une nouvelle page du travail social. Mes collègues pourraient répondre à ma place et vont rigoler ! Le Laetare de Stavelot, le carnaval de ma ville que j’adore. A ces heures-là, je suis un clown cycliste.
Un lieu Partout dans l’école où je croise de manière informelle mes collègues. On est une super équipe, très soudée. Un lieu ? La salle du personnel où on rigole beaucoup sur le temps de midi. Dès que ma maison est finie, je chérirai chaque recoin de celle-ci. J’y aurai mis tellement d’attention et d’énergie.
Un plat Je ne suis pas très organisée pour mes repas de midi. Je dirais des petits plats pris chez un traiteur libanais : pain, olives, caviar d’aubergine et fromage. Sans aucun doute les carbonnades flamandes, recette que je tiens de ma grand-mère.
Un tic de langage Ouf ! il faudrait demander à mes étudiants. « En fait », je crois que j’ai réussi à m’en débarrasser. Je crois que pour le moment, c’est « vous me suivez ? » « C’est cool ! » A la réflexion faudrait aussi que je m’en débarrasse !

Delphine est incontestablement une enfant de l'ESAS puisqu'il paraît que dès son entrée dans cet institut en tant qu'étudiante, elle a demandé comment faire pour venir y travailler ! Après ses études puis un passage de 10 ans sur le terrain, où elle a travaillé avec des personnes handicapées adultes elle a orienté son projet professionnel vers l'enseignement et elle est à présent de retour à HELMo ESAS depuis 9 ans.

Chargée de cours, accompagnement de stages, supervision et suivi des travaux de fin d'études, elle mène également un projet de recherche avec Mélanie Vandeleene, comme cité plus haut, qui mènera peut-être à l'écriture d'un livre sur le sujet.

Et puisque Delphine semble être hyperactive, c'est également aux relations internationales qu'on l'a retrouve, convaincue par ses expériences personnelles de mobilité.

En lui souhaitant de poursuivre la voie des échanges et des projets multiples qu'elle entreprend, on lui laisse le mot de la fin : 
Je suis très enthousiaste par les différents projets qui émergent à HELMo. Je pense par exemple à "HELMo Haute école hospitalière" ou encore à "HELMo en transition". Pour moi, il y a de réels enjeux actuels à se positionner comme une Haute école engagée sur les terrains sociaux et environnementaux.


 


Contact: Alice Driesen
Publié le : 26-10-18