Haute Ecole Libre Mosane

39d6652d-fa44-4379-86ec-2b389370d8a2
1ad48690-3bd9-46f1-abaa-b6d3f000119d

Le social, ça s'apprend !

Quelles places pour les stagiaires dans le social?

6d524ea1-987a-4681-b87d-e51d7f768130

A l’heure de programmer les stages, la Haute Ecole HELMo constate une diminution des places disponibles dans le secteur social. La crise sanitaire du Covid19 est la raison la plus fréquemment avancée par les partenaires professionnels : il est désormais plus compliqué d’accueillir des stagiaires en respectant les normes sanitaires. Devons-nous pour autant renoncer à ce mode d’apprentissage capital dans la pédagogie des Hautes Ecoles ?

Les formations en Haute Ecole dans le secteur social comportent un large volet destiné à l’apprentissage sur le terrain, notamment par le biais de stages professionnels. Ceux-ci sont proposés au cours de chacune des trois années du bachelier, que ce soit pour les métiers d’assistant.e sociale, de l’animation socio-culturelle et sportive ou d’éducateur.trice spécialisé.e.  Avec près de 1500 étudiants inscrits dans ces cursus rien qu’à HELMo, cela fait autant de stages à pourvoir, d’une durée de quelques semaines à plusieurs mois.
 
« En première année, nos étudiants débutent par une insertion dans le milieu professionnel qui permet de se rendre compte des différents aspects du métier qu’ils envisagent. », déclare Saïd Ouled El Bey, directeur du cursus Educateur.trice Spécialisé.e à HELMo CFEL. « Nous pouvons comprendre que certaines institutions soient plus réticentes à accueillir des stagiaires en cette période mais nous insistons aussi sur le fait que nos stagiaires sont aussi là pour prêter main forte aux équipes. Heureusement, certaines institutions ont accepté nos étudiants malgré le contexte COVID. Nous avons néanmoins dû adapter nos objectifs pédagogiques pour ce premier stage et envoyer nos étudiants dans d’autres secteurs que ceux prévus à notre programme de cours. »
 
Dans les autres cursus, les stages sont prévus plus tard dans l’année mais la situation ne se prête guère à l’optimisme. « Les échos qui nous reviennent de la part de nos partenaires professionnels sont inquiétants. On estime à +/-50% la diminution de places de stages offertes cette année à nos étudiants. On va au-devant d’un problème touchant à l’essence même de nos formations » s’inquiètent Pascale Pereaux et Salim Megherbi, directeurs des cursus « Animation Socio-Culturelle et Sportive » et « Assistant.e Social.e. » à HELMo ESAS. « Nous sommes particulièrement sensibles aux difficultés que rencontrent actuellement les différents services. Ainsi, nos étudiant.e.s sont outillé.e.s pour respecter les prescrits imposés par les différents lieux de stage, de manière à apporter une véritable plus-value à leur fonctionnement. »
 
Pour Alexandre Lodez, directeur-président de la Haute Ecole, il est temps de tirer la sonnette d’alarme. « Je sais que la période est compliquée pour tout le monde mais je me dis qu’il doit être possible de maintenir ce lien si précieux entre les travailleurs sociaux actuels et leurs futurs collègues. Il en va de la qualité de nos formations supérieures, déjà malmenées ces derniers mois. »
 
Tout en étant prête à s’adapter et à trouver des solutions équitables, HELMo en appelle à la solidarité des institutions du secteur social.


Contact: Nicolas Charlier
Publié le : 14-10-20