En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies (en ce compris, cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales) . Pour plus d’informations sur notre politique de cookies et les différents types de cookies, merci de prendre connaissance de la politique relative aux cookies.

Haute Ecole Libre Mosane

c1e0bc0f-079e-40cc-b96f-6db4af485377
c9dd9255-cc7d-418f-9555-4b9db3572650

Gramme : un grand nom pour une grande école

Définir ensemble les priorités et défis de HELMo

b8befec7-6c33-47f5-848e-6d40e4b7f8a5

 Au siège social de HELMo, au Mont Saint-Martin, le bureau attenant à celui du Directeur-Président de la Haute Ecole est désormais habité par deux nouveaux visages. Julie Gysen et Ornella Mannisi ont en effet rejoint le Service de développement institutionnel en septembre 2018. L’occasion se présente alors d’aller à leur rencontre et de mieux comprendre leurs missions et les objectifs poursuivis par ce service. Chacune d’elles raconte son parcours.

Julie Gysen

Logopède de formation, Julie a poursuivi ses études avec un master en santé publique. Sa vie professionnelle juste avant son arrivée à HELMo était dédiée à l’enseignement de la promotion de la santé à l’Université Catholique de Louvain et à une mission de recherche à l’Institut de Recherche Santé et société, rattaché lui aussi à l’UCL.
Dans le cadre de ses recherches, Julie a côtoyé des publics vulnérables en étudiant les procédures d’accès aux soins de santé notamment pour des personnes sans papiers ou des prostituées. Son but était de comparer les différentes politiques communales en la matière.
Lorsqu’elle enseignait au sein de la faculté de santé publique, elle a connu un audit de l’AEQES. Elle s’y est alors impliquée et était donc déjà familière des démarches en matière de qualité.
Après plus de quatre années passées dans l’univers de la recherche scientifique et l’enseignement universitaire, Julie a eu envie de se réorienter vers la gestion de projets. Ces éléments ont constitué  des atouts, à sons sens, lors de sa candidature à HELMo.
 

Ornella Mannisi

Ornella a étudié les Romanes et est partie en Erasmus + à Naples, dans une maison d’édition pendant 6 mois après l’obtention de son diplôme.  Séduite par la ville, elle y est restée 5 ans.
Enseignante en Français Langue Etrangère, elle s’est ensuite formée au webmarketing pour travailler dans une compagnie de croisières. Sa parfaite maîtrise de la langue française était un indéniable atout.
Après 5 ans, l’envie de rentrer parmi les siens s’est faite sentir. Elle a alors épluché toutes les petites annonces d’emploi, se montrant intéressée par des domaines divers et variés.
Les deux jeunes recrues l’affirment presqu’en chœur : l’offre proposée par HELMo était particulièrement enthousiasmante.
Suite au départ de Lara Mahy et face aux nouveaux enjeux, le service a été réorganisé et c’est donc ce tandem qualifié qui a été recruté pour structurer l’équipe et les missions.

Le service de développement institutionnel (SDI) 

Désormais placé sous la responsabilité de Julie Gysen, le service a comme missions de coordonner et fluidifier la dynamique institutionnelle en lien avec les différents acteurs et de soutenir et de construire les démarches qualité au sein de la Haute Ecole. Il se compose de deux cellules :

  • la cellule Qualité, composée de Marie Falla, responsable de cellule et de Sabine Janssens, a pour mission de soutenir les sections dans leur démarche qualité en proposant accompagnement, enquête, focus groupes, … Sa maîtrise des procédures AEQES (Agence pour l’Evaluation de la Qualité dans l’Enseignement Supérieur) est précieuse dans le cadre d’un audit. 
  • La cellule affaires institutionnelles, composée d’Ornella Mannisi et Julie Gysen, a comme mission d’être un support pour les différentes autorités de la Haute Ecole (Assemblée Générale – Conseil d’Administration – Collège de Direction et Collège de Direction élargi – Services transversaux), d’en faciliter le fonctionnement au travers d’un apport lié à un secrétariat des réunions, un suivi des décisions et une veille par rapport aux différents acteurs internes et externes susceptibles de solliciter les autorités de la Haute Ecole. Elle agit comme un acteur chargé d’assurer la continuité du fonctionnement de la Haute Ecole.
Ce service se situe au carrefour de toutes les autres structures qui sont en lien avec le Directeur-Président. Son principal but est d’assurer la bonne circulation de l’information en interne des décisions prises dans les différents organes officiels de la Haute Ecolemais aussi de s’assurer que les informations provenant de l’externe puissent être analysées et diffusées auprès des acteurs ad hoc.

Les 2 chantiers du SDI

D’une part, HELMo a répondu à l’appel de l’AEQES et est l’un des premiers établissements d’enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles à constituer un dossier d’auto-évaluation institutionnel. Il s’agit là d’un projet-pilote mais surtout, d’une bonne opportunité pour HELMo de prendre du recul et d’analyser ses pratiques.
Elaborations des programmes de cours, gouvernance, politique qualité, communication interne et externe, procédures de recrutement, diplomation : il s’agit de poser un regard transversal sur le fonctionnement de l’institution.
D’autre part, ce bilan sur « ce que l’on fait » s’élabore en parallèle à la réflexion sur « où nous voulons aller ». C’est pourquoi le SDI s’attaque également à la rédaction du plan de développement stratégique de la Haute Ecole. Car, si les orientations stratégiques liées à la gouvernance de HELMo existaient depuis longtemps, celles-ci n’avaient jamais été synthétisées et formalisées par écrit. La rédaction du dossier d’auto-évaluation institutionnelle était donc l’occasion de construire un plan stratégique.

Un processus démocratique

C’est dans le cadre de la rédaction du plan stratégique et du dossier d’auto-évaluation institutionnelle que les membres du personnel de HELMo ont été conviés à l’un ou l’autre moment d’analyse collective du fonctionnement de la Haute Ecole, selon une grille de lecture SWOT (forces, faiblesses, opportunités, menaces) ou encore au sein d’une commission d’accompagnement de rédaction.
 La rédaction de ces deux dossiers est en effet réalisée grâce à un processus participatif,  interactif, collectif et individuel, via cette méthode de co-construction, avec toutes les parties prenantes de la Haute Ecole, de l’étudiant à l’enseignant en passant par les membres du personnel administratif, ouvrier et la direction, mais aussi les administrateurs et membres du pouvoir organisateur.

Le questionnaire

 
Tant la rédaction du plan stratégique que celle de l’audit institutionnel sont en phase de finalisation. En ce qui concerne l’auto-évaluation institutionnelle, le SDI souhaite aujourd’hui aller un cran plus loin dans la construction partagée et permettre à un plus grand nombre de participants de donner son opinion quant à une série de thématiques abordées.
Pour ce faire, une enquête à destination des membres du personnel enseignant, administratif et des étudiants sera très prochainement mise en ligne. Elle aura pour objectif de confronter la description de diverses procédures (élaborations des programmes de cours, gouvernance, politique qualité, communication interne et externe, procédures de recrutement, diplomation) avec leur utilisation par ces bénéficiaires.
Le lien vers cette enquête sera transmis par mail aux concernés, les invitant à participer de manière anonyme. Pour donner plus de poids à cette enquête, l’avis de chacun compte !
 


Contact: Julie Gysen
Publié le : 16-05-19