Haute Ecole Libre Mosane

7f263e7f-42f4-47f9-85f1-b60a00da742f
a82bc4ee-0f55-4b70-82e6-188d085395be

HELMo Sainte-Julienne

RE-EDITH : Nous sommes là ! Et vous?

62c16309-4add-4ce2-b391-27726492a9ec

Au cours du premier confinement, nous prenions la température du côté de la formation de sage-femme, profession du contact et de l’intimité par excellence. Ingéniosité, résilience et lien furent les maîtres-mots. 

Une année s'est écoulée depuis, et nous avons repris contact avec l'auteure pour réévaluer la situation et tenter d'ouvrir la voie vers de nouveaux horizons.  

Les enseignantes et les étudiantes s’échangent des capsules vidéos pour se soutenir mutuellement.

« Votre vidéo est arrivée pile poil au bon moment pour moi, hier, alors que je sentais émerger une pointe de stress et de découragement » Coline

Des professionnelles de l’intimité

Le métier de sage-femme met en œuvre une relation particulière à l’intimité. Parce qu’il suscite une tension particulière entre la pudeur et la nécessité, mais également parce qu’il participe à l’émergence d’un noyau d’intimité nouvelle : un enfant voit le jour, une famille s’agrandit… Cette spécificité professionnelle se marque également dans l’accompagnement pédagogique propre à cette formation. En effet, chaque enseignante est référente personnelle d’une étudiante qu’elle «suit» tout au long de ses 4 années de formation. Bien entendu, cette relation humaine au long cours donne généralement naissance à des relations personnelles privilégiées.

Dès que le confinement a été décrété, les référentes ont pris contact avec leurs étudiantes mais, très vite, dans cette période d’incertitude, le besoin de soutien mutuel s’est fait sentir.
« Vous n’imaginez pas le courage que cela me donne pour la suite » Manon

Soutenir les étudiantes pour ne pas les « perdre »…

Bien entendu, toutes les enseignantes avaient envie de marquer leur soutien aux étudiantes. Elles voulaient à tout prix éviter de les « perdre », de les laisser se démotiver et baisser les bras. Elles avaient envie d’apporter un soutien « humain » et pas seulement pédagogique. Mais comment faire ?

Tout est parti d’un petit texte rédigé par une enseignante. Plutôt que de l’envoyer par mail, l’idée a surgi d’en faire une vidéo. Chaque enseignante a lu une partie du texte, en se filmant elle-même, chezelle, dans son intimité.
« Juste ce dont on avait besoin… » Manon
Evidemment, c’était un peu du bricolage, mais qu’importe: les enseignantes ont demandé un support technique à leurs enfants : vive les grands ados et les petits geeks ! Finalement, après quelques tâtonnements, chaque étudiante a reçu un lien vers la capsule vidéo.

Plus forts ensemble…

La réaction des étudiantes a été immédiate. Les témoignages de remerciement ont commencé à affluer. D’abord, c’était de simples e-mails puis, les étudiantes se sont coordonnées pour réaliser elles-mêmes leurs propres vidéos de remerciement pour leurs enseignantes. Une vidéo, cela ne compensera jamais le contact humain « en chair et en os », c’est entendu, mais il y a néanmoins quelque chose de précieux qui s’est joué dans la démarche que nous avons mise en place pour garder de la proximité malgré tout.

Laissons le dernier mot à Mathilde, une étudiante de dernière année: « Nous nous souviendrons encore longtemps de cette année 2020. Pas seulement du COVID-19, mais surtout de l’entraide, de la solidarité entre les personnes ».
« Cette vidéo est magnifique! J’en ai eu les larmes aux yeux » Salwa

RE-EDITH : ENTRETIEN AVEC NATHALIE DUMONT, UN AN APRÈS



Nathalie Dumont
Directrice du cursus Sage-femme de HELMo Sainte-Julienne.
n.dumont@helmo.be

 
Extrait de Edith 4, le mook de la Haute Ecole HELMo.

MERCI À NOS ANNONCEURS !


Contact: Sacha Munaut
Publié le : 29-04-21