Haute Ecole Libre Mosane

e0712931-1f59-40f9-b4e0-1cbf11342828

ETUDIANT A HELMO

RE-EDITH : Le semeur de Discord et le colibri…

f7011bb4-934e-4088-85f2-ef315b95cf41

Pendant le confinement, les étudiants de HELMo Gramme ont créé leur propre plateforme d’échanges.
 
Afin de ne pas perdre le contact et de travailler efficacement ensemble, les étudiants ont détourné un outil de communication issu du monde des « gamers ». Cet outil, dont le but est de nourrir le lien au sein d’une communauté porte un nom paradoxal : « Discord ». 

Un an plus tard, nous retrouvons l'auteur au détour d'une interview pleine de sens et d'émotions. 

Edith
Bonjour Denis. J’ai entendu parler de ton initiative : « Discord ». Je suis très curieuse d’en savoir plus. C’était quoi, l’idée de départ ?
 
Denis Fonder
En fait, la question de départ c’était : « Comment travailler efficacement entre étudiants ? ». Lorsque le confinement est arrivé, il n’y avait plus moyen de nous réunir autour d’une table et les outils habituels (email, gsm, etc.) n’étaient vraiment pas très adaptés. Discord, c’est un moyen simple d’échanger du son, des images et du texte…
 
Edith
Je vais te sembler idiote mais, jusqu’ici, je n’avais jamais entendu parler de Discord. Pourrais-tu m’expliquer ce que c’est ?
 
D.F.
Discord, concrètement, c’est un peu comme Teams. Au départ, c’est plutôt utilisé par les amateurs de jeux vidéos mais de plus en plus de tribus d’étudiants se réunissent sur un Discord pour discuter. Par exemple, il y avait déjà un « Discord des étudiants de Liège » actif avant le confinement…
 
Colibri.png
Edith
Et c’est cette plateforme-là que vous avez utilisée ?
 
D.F.
Non non. J’ai créé un Discord spécifique pour les étudiants de Gramme. En fait, comme je l’ai dit, le but c’était vraiment de pouvoir travailler ensemble, pas de se détendre après les cours… Pour être plus précis, j’ai créé autant de Discords qu’il y a d’intitulés de cours. Cela a très bien fonctionné. À la fin, il y avait près de 400 étudiants inscrits…
 
Edith
Pourquoi Discord plutôt que Teams ?
 
D.F.
Teams s’est généralisé plus tard à HELMo et à Gramme on a plutôt utilisé Webex. Personnellement, j’ai choisi Discord parce que c’est un outil que je connais bien. C’est gratuit. Il n’y a rien à télécharger. C’était facile… Et puis, cela permet beaucoup de choses. Il y a des « canaux vocaux » sur lesquels il est possible de discuter, etc. A moyen terme, cela s’est révélé très utile. En effet, sur la plateforme Webex, par exemple, il est impossible d’accueillir plus de 50 étudiants à la fois. Alors, pour que tout le monde puisse participer à la session, un des étudiants dupliquait son écran sur Discord…
 
Edith
Comment cela s’est-il passé entre les usagers ?
 
D.F.
Le but, comme je l’ai dit, c’était le travail, mais bien entendu, il y a eu des moments de détente aussi. Il y avait des « modérateurs », mais leur rôle était surtout de créer des catégories en fonction des besoins. Il n’a jamais été nécessaire d’intervenir. Il n’y a eu aucun « dérapage ». L’autogestion a très bien fonctionné.
 
Edith
Que retiens-tu de positif et de négatif de cette expérience ?
 
D.F. 
Je suis satisfait de cette initiative. Ce que j’en retiens, c’est une certaine forme de confiance : on peut se débrouiller… Cela me fait penser à la fable du colibri : la forêt flambe. Au lieu de fuir, le colibri amène une petite goutte d’eau. Tous les autres animaux l’imitent et tous ensemble, ils éteignent l’incendie…
 

RE-EDITH : Entretien avec Denis Fonder, un an après



Denis Fonder
étudiant HELMo Gramme
d.fonder@student.helmo.be

 
Extrait de Edith 4, le mook de la Haute Ecole HELMo.


MERCI À NOS ANNONCEURS !


Contact: Sacha Munaut
Publié le : 30-03-21