Haute Ecole Libre Mosane

C’était un vendredi 13…

7d2cfe1f-c6a3-41a3-b90e-78dc46619411

Comment enseigner la chimie avec les moyens du bord (et la GoPro de son fils) …
 
Lorsque les circonstances ont imposé à Eric Saive d’enseigner la chimie à distance, il ne s’est pas laissé démonter. Armé d’un enthousiasme inébranlable et d’une âme de bricoleur, d’abord par tâtonnements, puis soutenu par toute l’équipe de l’e-learning, il a pris les choses comme un challenge…
 

Ça ne va pas durer…

« Je m’en souviens très bien : c’était un vendredi 13. Lorsque le confinement est arrivé, je me suis dit "Ça ne va pas durer…" ». C’est par ces mots, teintés d’ingénuité, qu’Eric Saive commence notre interview téléphonique. En l’écoutant, je ne peux m’empêcher de penser que de nombreux collègues ont dû se faire la même réflexion au même moment. Comment l’ai-je pris, moi-même, à ce moment-là ? Comme un coup du sort ? Un aléa ? Une catastrophe ? Dans quel état cela m’a-t-il plongé ? La stupeur ? La résignation ? La révolte ? Mon interlocuteur, pour sa part, me confie : « Quelque part, je trouvais ça un peu excitant. Je l’ai pris comme un challenge »…
 

Que faire avec les moyens du bord ?

Le défi, c’était non seulement de parvenir à construire un enseignement de la chimie à distance, mais surtout de le faire avec les moyens du bord. « Le jour même, j’ai commencé à tester différents dispositifs. Après pas mal de tâtonnements, j’ai opté pour un enseignement asynchrone. Pour l’enseignement de la théorie, j’ai opté pour un dispositif finalement assez simple. En effet, j’ai découvert qu’il était possible de faire des captures vidéo de mes supports PowerPoint. Il ne me restait plus qu’à les commenter au fur et à mesure pour proposer à mes étudiants un support rapidement utilisable. Au début, c’était encore très approximatif. Maintenant, avec l’aide du service e-learning, je fais tout cela directement sur Teams, c’est beaucoup plus facile ».
 

La chimie, c’est du sport ! Je prends la GoPro…

La chimie, ce n’est pas seulement les cours théoriques. Il y a une part importante d’exercices et de mise en pratique. Cela exige un enseignement plus dynamique, avec davantage d’exemples, des résolutions de problèmes, des explications plus détaillées, etc. Impossible de se satisfaire de PowerPoints commentés pour cette partie-là du cours. Il a fallu « imaginer une autre manière de faire ». « J’ai récupéré la GoPro de mon fils. Vous savez, ces petites caméras vidéos que les sportifs attachent à leurs vêtements ou à leur casque pour filmer leurs exploits ? La qualité d’image est excellente. J’ai bricolé un peu pour l’attacher à mon bureau et j’ai simplement filmé la feuille de papier sur laquelle je résolvais les exercices. Je disais aux étudiants : " La chimie, c’est du sport ! Je prends la GoPro…" ». C’est un dispositif tout simple, mais qui s’est révélé terriblement efficace : les étudiants apprécient de pouvoir « revenir » sur les explications et peuvent approfondir leurs compétences sur des forums de discussion consacrés aux exercices… Face à un tel plébiscite, Eric Saive a décidé de conserver le dispositif à l’avenir.
 

Et maintenant on mixe le tout !

Nous avons donc, d’une part, un dispositif de PowerPoints commentés qui se révèle assez performant pour les enseignements théoriques et d’autre part un dispositif vidéo qui marche très bien pour les exercices. Il reste à combiner les deux approches pour construire des capsules de cours cohérentes qu’il est possible de mettre à la disposition des étudiants dans le cadre d’un enseignement asynchrone. « J’avais une difficulté technique se souvient Eric Saive. Comment mixer mes vidéos avec mes PowerPoints ? Au début, je postais les séances théoriques et les séances d’exercices séparément, ce qui était loin d’être idéal pour les étudiants. Finalement, sur les conseils su service e-learning, j’ai adopté une méthode toute simple. Au lieu d’avoir une seule caméra, j’en ai deux. Une pour la théorie et une autre pour les exercices. Pendant le cours, je bascule sur l’une ou l’autre selon que j’expose la théorie ou que je résous un exercice sur une feuille, tout en le commentant, comme si j’étais en classe ».
 

On a perdu le « franc qui tombe »…

Que retenir de cette expérimentation qui, par la force des choses, se poursuit aujourd’hui ? De manière générale, les échos recueillis chez les étudiants et les collègues sont plutôt positifs. Néanmoins, il faut bien avouer que la construction d’un enseignement asynchrone prend du temps. Réaliser une capsule vidéo efficace, c’est un travail considérable. C’était possible pendant le confinement, mais cela devient démesuré dans un enseignement hybride. Pourtant, ce serait intéressant et parfois même plus performant…
 
Mais ce qui manque cruellement dans cet enseignement à distance, c’est le contact humain. « Il manque ce moment du "franc qui tombe", lorsque l’étudiant comprend et que son oeil s’illumine… »


Eric Saive
enseignant HELMo Gramme
e.saive@helmo.be



 
Extrait de Edith 4, le mook de la Haute Ecole HELMo.


MERCI À NOS ANNONCEURS !


Contact: Sacha Munaut
Publié le : 17-05-21